Home

logo3-avi.png
Aide au Volontariat en Inde
Actualités
logo3-avi.png


60 ans...ça se fête !

Visuel-20221015.jpg
En 1962, Madeleine quittait Liège pour PONDICHERY.
Savait-elle alors qu’elle y consacrerait sa vie ?
Savait-elle la force du projet qu’elle mettrait en œuvre ?
Savait-elle combien de personnes, en Inde, en Europe, participeraient à cet élan de solidarité ?

Nous sommes heureux de vous inviter à vivre avec nous la joie de 60 ans au service des moins nantis, des enfants, des lépreux.

Nous fêtons aussi le courage, chaque jour, de l’équipe de PONDICHERY, qui répond aux besoins liés à la pandémie, aux catastrophes naturelles, et qui élargit son service aux villages proches.

Soyez des nôtres  ce 15 octobre 2022.


Au village de Santhikuppam : une nouvelle implantation du Volontariat.
Pose de la première le 11 mai 2022.

   
   
Ce village est situé non loin de notre implantation de Kilingikuppam. Sa population de basse caste (250 personnes, anciennement intouchables, maintenant dalits) avait demandé et reçu l’aide du Volontariat au moment du 1er confinement de Mars 2020.

Un programme à plus long terme a alors été établi avec les travailleurs sociaux de notre organisation, au bénéfice de 54 enfants de 2 à 18 ans. Il est proposé dans un premier temps de démarrer ce que le Volontariat sait faire : du soutien scolaire, suivi de la santé des petits et leurs familles. Ensuite nous envisageons une aide à la formation de métiers, pour garçons et filles, des actions de micro-crédit, etc.

 CONTEXTE
Pondichéry est une ville en développement avec de nombreux petits villages qui l’entourent. Parmi ceux-ci, se trouvent des dizaines de villages à la périphérie de Pondichéry et dans le Tamilnadu proche où les enfants manquent d’opportunités éducatives : les familles sont extrêmement pauvres et n’ont donc pas la possibilité de placer leurs enfants dans une école appropriée et les écoles publiques, gratuites, ont souvent un niveau d’éducation assez bas. Les parents sont généralement non (ou peu) instruits et donc incapables de soutenir leurs enfants. De plus leurs logements sont souvent « temporary houses », c’est-à-dire des huttes parfois sans électricité et sans eau. Les relations entre parents sont souvent tumultueuses, conséquence de la grande pauvreté et de l’alcoolisme, essentiellement masculin. Enfin la conscience des bienfaits de l’instruction des enfants pour un avenir meilleur est loin d’être générale, surtout pour les filles : les enfants doivent très tôt participer aux revenus de la famille.

ETUDE SOCIO-ECONOMIQUE. BESOINS IDENTIFIES
Des efforts ont été faits pour identifier ces villages reculés où notre intervention peut être positive pour la population, et d’abord pour les jeunes. Après avoir interagi avec quelques villages et réalisé des études pilotes, nos travailleurs sociaux avaient sélectionné des villages de districts voisins, au Tamilnadu. Nous avons ainsi identifié ce village de SANTHIKUPPAM, situé dans le district de Cuddalore du Tamilnadu pour étendre nos services. Il est aussi assez proche du Volontariat pour assurer un suivi régulier des activités : 12 km par la route et 20 à 30 minutes. Nous avons déjà l’expérience du village de Kilinjikuppam qui se trouve dans le même district et assez proche. 51 familles habitent ce village, dont la moitié vivent dans des huttes avec toits de feuilles de cocotiers (kittu en Tamoul). Les femmes et les hommes travaillent surtout (65%) comme ouvriers -ères agricoles, 20% sont ouvriers qualifiés, 3% sont en usine et les autres sont sans emploi.

Notre objectif principal était d’identifier les besoins de ces villageois et d’étudier la possibilité d’y répondre.

 1- Durant notre enquête, nous avons appris que tout le monde espérait un centre de soutien scolaire dans leur village. En effet, il n’y a pas d’école, 25 jeunes doivent marcher plusieurs kms pour rejoindre leur école primaire publique. D’autres enfants fréquentent l’école du village voisin. Pour leurs études secondaires, les jeunes devraient se rendre à la ville de Cuddalore (T.N.), 25 km de leur village, mais ils préfèrent étudier dans des villages voisins de Othiyampattu, Villiyanur ou Murungapakkam qui se trouvent sur le Territoire de Pondichéry. Quand les enfants rentrent chez eux, seuls une dizaine d’entre eux ont un soutien scolaire (payant).
2-Santhikuppam n’a pas de facilités pour se déplacer, pour se rendre à l’hôpital, etc. Il leur est donc difficile d’accéder à un suivi de leur santé.
3-Les villageois sont aussi confrontés à un sérieux problème d’eau potable et pour les besoins domestiques. L’eau publique est insuffisante, aussi ils (ou plutôt elles !) doivent marcher jusqu’au village voisin pour en chercher.
4-Les adultes souffrent d’un sous-emploi chronique et par conséquent d’une grande pauvreté. Les perspectives pour leurs enfants ne sont actuellement pas meilleures.

 Extrait du Journal Volontariat juin 2021

=========================================================================================================

Un très beau témoignage rédigé par un bénévole de Toulouse
en visite à Pondi (nov. 2021): ici



voeux.jpg
Le conseil d'administration et tous les bénévoles de
l'Aide au Volontariat en Inde
vous présente leurs meilleurs vœux de
Joyeux Noël
Bonne et Heureuse Année 2022


=========================================================================================================

En style télégraphique, quelques nouvelles de PONDY

Pluies de mousson violentes début décembre.
COVID toujours présent, forte deuxième vague mais PONDY moins touché que le Nord.

AMAIDHI ILLAM (personnes âgées) :11 hospitalisations,  pas de décès.
L’Atelier Shanti :  petit regain de travail, grâce aux commandes pour Noël. Et après ?
Le bâtiment a très mal supporté la dernière saison des pluies - importants travaux de ravalement à prévoir

Nos filleuls : 57 enfants en 12 eme standard reçus sur base de leur moyenne aux examens de 10 et 11eme standard.
Hélas, admissions dans enseignement supérieur ne suivent pas.

A SOURIYA, restent 3 garçons et à la ferme, plus aucune fille pensionnaire, suite mesures gouvernementales : on renvoie tous les enfants dans leurs familles ou chez un tuteur…
Le Volontariat suit un certain nombre des enfants dispersés : les maintenir scolarisés  et colis alimentaires.

Soubresauts de reprise de cours pour les classes de 9 St. (15 ans) et plus, mais les plus jeunes ?
Au Volontariat, crèches et école maternelle à l’arrêt.

Math, Tamoul, Anglais…les cours existent  pour 9 et 10 standard sur Internet ; Volontariat est aidé dans la diffusion et la réception par deux organismes, BHUMI et AID India.
Cours parascolaires et étude ont repris depuis un mois.
Deux jeunes filles parrainées ont mis fin à leurs jours. Les jeunes, en Inde comme ici, sont fragilisés.
 Volontariat souhaite dès que possible, créer des groupes de parole .

Les comités européens restent à l’écoute et au soutien.

==================================================================================================================================


La pandémie en 2021 à Pondichéry


  • 01 mai 2021: rapport du directeur Sendil Coumarane: ici
================================

Le cyclone Nivar du 25 novembre 2020

Pondicherry et sa région vivent une période de précarité, de perte d'emploi, de sous-alimentation, de soucis de santé liés au froid, a la pluie, aux eaux stagnantes. Au désastre du Covid, avec son blackout (depuis mars 2020), se sont ajoutées les fortes inondations et destructions du cyclone NIVAR dont les conséquences perdurent.

Le Volontariat assure l'aide aux familles parrainées, mais aussi à plusieurs communautés de villages de la région de CUDALORE qui ont demandé un soutien. Nos équipes à PONDY fournissent repas, colis , couvertures, bâches de protection, soins médicaux qu'ils portent en camionnette et en centre médical mobile. Les responsables doivent aussi faire face à des situations délicates d'enfants maltraités, de personnes abandonnées...

Merci à tous ceux qui, grâce à leurs dons, passés ou futurs (déduction fiscale de 60 % en cette année particulière), permettent ce travail d'assistance à ceux qui s'exposent sur place.

Nivar4.jpg  Nivar5.jpg
Nivar3.jpg Nivar2Cycl2.jpg Nivar3.jpg 

La pandémie en 2020 à Pondichéry
  •   1erjuin:  lettres du comité belge
    • au personnel du Volontariat: ici
    • aux filleuls: ici
  • 18 mai: rapport du directeur Sendil Coumarane: ici
  • 5 mai:  45e jour: vidéo de présentation de la situation par le directeur Sendil Coumarane: ici
  • 23 avril: 33e jour de confinement à Pondichéry: message aux parrains/marraines
Nous vous espérons en bonne forme physique et morale,  en ces temps incertains de confinement et de pandémie

Si la situation peut être grave pour beaucoup dans le pays, nous sommes aussi préoccupés de celle dramatique de nombreuses familles indiennes proches du Volontariat et soutenues par lui. Beaucoup de personnes vivent de petits boulots informels, au jour le jour, comme vendre du sucre filé, des samossas préparés par un membre de la famille, le marché du dimanche, les noix de coco sur les plages...Tout cela, et aussi les rickshaws, les emplois à la journée de maison, dans la construction, les commerces ...sont interrompus avec le confinement.
Les enfants scolarisés avaient leur repas de midi assuré par l'école, mais les écoles sont fermées...
Pas de frigo pour garder la nourriture, pas d'assurance d'aucune sorte...c'est rapidement l'effondrement de la famille.


covid1.jpg      covid2.jpg

SENDIL, directeur au Volontariat, envisage trois mois minimum d'aide alimentaire à fournir aux familles. Les colis, constitués des denrées de base, coûtent un minimum de 750 RPs par mois et par famille, et les prix sont en train de grimper. En 1 mois, 1 365 familles à aider : enfants des crèches, des maisons Souriya à Pondichéry et Nila Illam à la ferme, ainsi qu'au village de Kilinjikuppam,  soit 12 300 € au cours actuel.

L'aide du Volontariat s'étend aux oubliés de la rue, aux anciens sans ressources, avec la distribution de plats préparés au Volontariat.
A l'Atelier Shanti, quelques ouvrières, dans la mesure où le confinement le permet, vont reprendre du travail en cousant des masques à distribuer gratuitement.

Le comité français et le comité belge d'Aide au Volontariat en Inde participent à cet effort citoyen du Volontariat à Pondichéry.
Nous envoyons à Pondichéry 5 000 € au départ de notre compte « DONS » (hors parrainages).
Déjà, des associations parentes nous ont adressé des fonds, et nous les en remercions. Nous devrons très certainement en effectuer d'autres versements.

Pour venir en aide aux enfants du Volontariat: BE04 0010 5337 4631  "AIDE AU VOLONTARIAT EN INDE" avec la mention : covid19

Les enfants que nous parrainons vivent comme nous, plus que nous un temps difficile.
Restons proches les uns des autres, dans le cœur à défaut de proximité physique.


Pour le comité,
Dominique MARLIERE, présidente.

==========================================================================
Bonne année 2020 - Happy Pongal
video 1'12''

Pongal2020a.JPG

==============================================
La boutique
"Atelier SHANTI" de Louvain-la-Neuve ayant fermé ses portes,
les articles sont à présent disponibles à Bruxelles: avenue du Parc 117 - 1190 Forest

Aperçu des articles : ici


Une permanence sera ouverte les lundi 9 et16 décembre 2019, de 10 à 13h30  et de 15 à 18 h


Nous serons présents:
  • 23 novembre, de 19 à 22 h à  l 'Institut Saint Laurent  à LIEGE à l'occasion du souper raclette pour le Volontariat en Inde.
InvitChristian.jpg
  • 7 décembre 2019 de 11 h à 19 h dans les salons « MY FAIR » chez Mme J. BRIDOUX, 48 av Val au Bois à1950 KRAAINEM.
  • Marché Noël Solidaire à Louvain La Neuve


  • salle Sainte Claire  
    au-dessous de l'église St François

    30 avenue Hennebel

    march2019.jpg

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Informations légales                  Accès restreint